Restauration pénale

Toute personne concernée par l’impact de la violence, de manière personnelle ou professionnelle, peut proposer ou demander la mise en place d’une justice restaurative auprès du magistrat en charge du dossier.

Le but d’une telle médiation est 

  • De rendre possible une telle rencontre 
  • D’encourager l’infracteur à mesurer l’impact humain, social et/ou matériel de son action et d’en assumer la responsabilité
  • De permettre à la victime d’exprimer ses émotions, ses attentes et ses besoins
  • De conduire chacun à reconsidérer le point de vue de l’autre et à en tenir davantage compte.

Lire la suite

La justice restaurative

Le rapport du groupe de travail du Conseil national de l’aide aux victimes de 2007 préconise la rencontre restaurative à intégrer aux procédures pénales existantes dans la mesure où il s’agit d’un processus volontaire, accompagné par des professionnels du secteur, dans le respect des droits humains, le respect de la sécurité juridique de chacun et la protection individuelle des parties. 

Lire la suite

Violences familiales

 Depuis 2007, l’association le Cheval Bleu s’inscrit dans une action de lutte contre les violences conjugales et familiales en proposant une prise en charge spécifique des auteurs de violences conjugales et familiales, sous forme de groupe de responsabilisation.

Il est effectivement primordial de travailler avec les auteurs afin de leur permettre une prise de conscience quant aux faits et ainsi les aider à assumer leurs responsabilités mais également à prendre en compte la réalité de la souffrance psychologique des victimes primaires et secondaires.

Cette action vient en complémentarité avec les actions proposées par d’autres organismes en direction des auteurs mais également des victimes de violences intrafamiliales.

Lire la suite

Violences sexuelles

L’action constitue un mode particulier de suivi des auteurs de violences sexuelles. Elle s’appuie sur le vécu du groupe, qui favorise l’expression, libère la parole et facilite la prise de conscience. Cette pratique de groupe est complémentaire aux autres approches de soin dont elle potentialise l’efficacité en facilitant la maturation d’une réelle demande. Cette action s’inscrit dans un champ partenarial qui inclut les magistrats de l’application des peines, les services pénitentiaires d’insertion et de probation, les structures de soin, les médecins coordinateurs et le CRISAVS.

Lire la suite