Violences sexuelles

L’action constitue un mode particulier de suivi des auteurs de violences sexuelles. Elle s’appuie sur le vécu du groupe, qui favorise l’expression, libère la parole et facilite la prise de conscience. Cette pratique de groupe est complémentaire aux autres approches de soin dont elle potentialise l’efficacité en facilitant la maturation d’une réelle demande. Cette action s’inscrit dans un champ partenarial qui inclut les magistrats de l’application des peines, les services pénitentiaires d’insertion et de probation, les structures de soin, les médecins coordinateurs et le CRISAVS.

 

Le groupe est constitué d’une dizaine de personnes judiciarisées, pour la majorité prévenues ou condamnées pour des faits de violences familiales ou extrafamiliales à caractère sexuel. Les personnes sont adressées à l’association par le Tribunal de Grande Instance de Douai et de Béthune avec qui l’association a noué une convention, soit par le procureur et ses substituts (contrôle judiciaire), soit par le service application des peines (sursis avec mise à l’épreuve), soit par le juge des libertés et de la détention, soit par le SPIP dans le cadre de l’obligation de soins ou soit par demande spontanée.

A l’issue de deux entretiens individuels avec deux professionnels (thérapeutes de groupe et médecin psychiatre) permettant de faire connaissance avec la personne, son histoire familiale et les faits reprochés par la Justice, la personne signe un contrat l’unissant à l’association pendant 21 séances de groupe minimum.

Elle est reçue en groupe chaque semaine pendant une heure et demi. Les séances de groupe sont coanimées par deux professionnels formés et supervisés à ce type de prise en charge. L’équipe comporte un psychiatre exerçant en secteur de psychiatrie public et médecin coordinateur des violences sexuelles auprès des tribunaux de Béthune et d’Arras.

Il s’agit de travailler :

  • La minimisation du caractère agressif des actes
  • La justification des actes
  • Le déplacement de la responsabilité
  • La déshumanisation des victimes
  • La perspective faussée sur les conséquences de la violence sexuelle

Avec les auteurs d’abus sexuels, il s’agit de travailler à la prévention de la récidive mais aussi à la prévention de la répétition transgénérationnelle en rendant la personne condamnée actrice de cette prévention. Un des axes de travail également prioritaire est  la réparation de la victime, rendue possible à condition que l’auteur reconnaisse les abus commis et qu’il est une capacité à formuler des regrets quant aux dommages causés à la victime.

Dans le cadre de cette action, l’association s’appuie sur le Centre de Ressources Interrégional pour le Suivi des Auteurs de Violences à Caractère Sexuel, basé à Lille. Les animateurs du groupe reçoivent un soutien logistique, des bases documentaires et une formation spécifique à ce type d’intervention grâce au partenariat existant avec ce centre.

Pour sa part, le réseau de prévention et lutte contre les violences conjugales est issu de la circulairedu 14 mai 2008 qui a réaffirmé la mise en place de référents auprès des femmes victimes de violence. L'existence de partenaires agissant déjà directement au stade de la prise en charge a conduit, à titre expérimental dans le Pas de Calais, à mettre l'accent sur une meilleure coordination de ces interlocuteurs dont le but est de faciliter les démarches et la prise en charge des situations de violences conjugales, ainsi que recenser et diffuser les bonnes pratiques d’accompagnement.

Compte tenu que les statistiques de la Police révèlent une augmentation des faits de violences intrafamiliales, en raison de la richesse du tissu d'acteurs et des initiatives locales, l’arrondissement de Lens a été choisi pour la mise en place de cette mission.

Le référent « prévention et lutte contre les violences conjugales » a 3 objectifs prioritaires :

      Établir un recensement de ces acteurs afin d'améliorer la connaissance réciproque des acteurs locaux de la  prise en charge et de l’accompagnement de la cellule familiale en situation de violences, de le formaliser à travers un répertoire mettant en évidence les champs d'action de chacun,

      Assurer la coordination du réseau d'acteurs en vue d'améliorer la détection, la prévention et la prise en charge des situations de violences conjugales au travers d'une chaîne coordonnée, en proposant d'éventuelles pistes nouvelles,

      Répertorier les bonnes pratiques de ces acteurs afin de les partager a travers  la réalisation d'un guide destiné aux professionnels et un guide d'information à destination du public.

Il s’agit maintenant d’élargir les missions de ce réseau en direction d’autres types de violences faites aux femmes, dont les violences sexuelles.

L’objectif de ce projet est de venir en appui de ce réseau dans ce domaine, et de consolider la pratique des groupes d’auteurs qui sont opérationnels depuis 2010.