Combattre les préjugés sur la maladie mentale

Les personnes atteintes de maladies mentales sont victimes de nombreux préjugés. Par exemple, on peut penser à tort que ces personnes sont imprévisibles, violentes ou paresseuses ou les percevoir comme une menace. 

Les préjugés entraînent des comportements de stigmatisation et de discrimination envers les personnes atteintes de maladies mentales. En d’autres mots, les gens jugent ces personnes négativement et les rejettent ou les évitent. La maladie mentale suscite encore aujourd’hui des craintes et de la honte chez certaines personnes. Ces comportements reflètent de fausses croyances, de l’incompréhension et de l’ignorance à l’égard des maladies mentales.

Pour de nombreuses personnes atteintes de maladies mentales, la stigmatisation et la discrimination sont plus difficiles à vivre que les symptômes de la maladie.

Les préjugés envers la maladie mentale existent dans la société tout comme chez les personnes atteintes elles-mêmes. Ces préjugés découragent les personnes atteintes de demander de l’aide. Pourtant, une prise en charge rapide de leurs besoins, dès l’apparition des premiers symptômes, est déterminante dans le succès de leur traitement.

Préjugés les plus fréquents

Certaines maladies mentales sont souvent associées à de fausses croyances, telles que :

Les médias peuvent contribuer parfois à entretenir certains préjugés, car ils présentent souvent les personnes atteintes de maladies mentales comme des personnes violentes et imprévisibles.

Conséquences chez la personne atteinte de maladie mentale

Voici des exemples de comportements de stigmatisation et de discrimination envers les personnes atteintes de maladies mentales :

Ces comportements ont des conséquences chez la personne atteinte. Par exemple, celle-ci peut en venir à :

Conseils pour combattre les préjugés

Tout le monde peut agir pour combattre les préjugés qui mènent à la stigmatisation et à la discrimination.

Conseils s’adressant à tous

Conseils s’adressant aux personnes atteintes de maladies mentales