L'équipe mobile

L’EMPP est une équipe mobile territoriale. Si elle est basée dans les locaux du Cheval Bleu, elle est rattachée administrativement et fonctionnellement au pôle de psychiatrie du Centre Hospitalier d’Hénin Beaumont.Son champ d’intervention couvre deux communautés d’agglomération (Lens Liévin, Hénin Carvin), soit 55 communes. Elle regroupe ainsi de manière homogène 5 secteurs de psychiatrie adulte, 2  secteur de psychiatrie infanto juvénile répartis sur 3 établissements (centre hospitalier de Lens, centre de psychothérapie Les Marronniers, Centre Hospitaliers d’Hénin-Beaumont) et 2 MDS réparties en 8 sites. Cette aire géographique regroupe donc une  population totale d’environ 398 495 habitants.

 Pour mémoire, le cahier des charges des EMPP définit le public visé.

Le champ d’intervention des équipes mobiles psychiatrie précarité destinées à favoriser l’accès aux soins et la prise en charge des personnes à domicile ou à la demande des ESSMS comporte :

Elles ont pour mission d’aller au-devant de ces publics, quel que soit le lieu où leurs besoins s’expriment ou sont repérés (à domicile, accueillies en institutions sociales, publics jeunes ou adultes, pathologie mentale avérée ou non, ...), afin de faciliter la prévention, le repérage précoce et l’identification des besoins, l'information, l’orientation et l’accès au dispositif de soins lorsqu’il est nécessaire.

Sur un plan fonctionnel, l’équipe mobile est interpellée par les professionnels du territoire lorsqu’ils sont confrontés à une situation dans laquelle ils supposent qu’une personne présente des difficultés psychologiques et n’est pas en situation ou en volonté de solliciter de l’aide.

Ces professionnels sont des travailleurs sociaux, des CCAS, des bailleurs, des services d’insertion.

L’équipe mobile va à la rencontre des personnes, en lien avec les partenaires, et procède à une évaluation. Elle rencontre environ 450 personnes par an.  La problématique centrale des orientations vers l’équipe mobile est la désaffiliation sociale, la précarité et l’éloignement de tous les dispositifs d’accompagnement. La souffrance psychique est l’une des composantes de la situation, mais ne la résume pas, loin s’en faut.

Elle peut également être sollicitée par les familles qui sont en difficultés avec l'un des leurs qui présente des troubles psychiatriques mais qui refuse les soins ou n'est pas en mesure d'engager les contacts avec une équipe de soins.

Le travail de l’Equipe Mobile est divisé en temps particuliers

INTERPELLATION :

Après un travail d’information sur les missions de l’Equipe Mobile, un réseau de partenaires s’est mis en place. Ce réseau continue de se développer.
Ces interpellations concernent souvent des personnes en extrême souffrance avec une multitude de problématiques.
Les interpellations se font essentiellement par téléphone où le partenaire expose la situation. Le travail consiste à clarifier les points essentiels sur l’histoire de la personne :
A la fin de cette phase d’interpellation un rendez-vous sera pris avec le partenaire pour une visite commune. Celle-ci sera programmée à la convenance des différentes personnes entre 4 à 8 jours. Ceci nous permet de réaliser un véritable travail d’investigation en aval.

INVESTIGATION

Le travail d’investigation consiste à réunir les informations données par les partenaires.
Dans la plupart des cas le secteur psychiatrique de référence d’habitation est sollicité afin de connaître si la personne a déjà eu un contact avec le soin. Ces informations sont souvent indispensables pour reconstruire l’histoire de la personne.
Si la situation semble d’ordre social, la Maison du Département Solidarité est également contactée. Ainsi que tous les autres acteurs professionnels ayant intervenus dans la situation.
Il est à noter que les démarches auprès du système psychiatrique deviennent de plus en plus systématiques afin de respecter le travail des secteurs engagés et souvent méconnus par l’ensemble des acteurs sociaux.
Le travail d’investigation est un moment important. Les professionnels concernés par la situation ne sont pas forcément disponibles. Il faut quelques fois se déplacer, passer de longs moments au téléphone, envoyer des messages informatiques, et des fax avant d’obtenir les informations requises dans le respect déontologique de chacun.
Au fil des mois un véritable réseau s’est constitué, ce qui facilite dans le respect des fonctions et des limites de chacun, l’échange d’informations.
Les conventions partenariales ont permis d’officialiser ses échanges.
Ce travail d’investigation s’étale en général sur 2 à 4 jours pour permettre de contacter tous les partenaires.
Toutes les démarches entreprises sont inscrites sur le dossier individualisé.

LE TRAVAIL DE COORDINATION :

Il permet de mettre en place les éléments du dossier. Il n’est pas rare de voir de nombreux intervenants pour une situation..
Le travail consiste à mettre en lien ces différents acteurs professionnels. Il faut donc respecter les limites de chacun, les remettre en lien.
Nous disposons comme outil : 

-      d’un dossier commun qui permet de réunir tous les éléments sur un dossier unique.

-      de moment de concertation où chaque partenaire peut exprimer ses difficultés face à la situation et ses limites afin d’établir un projet pour l’individu.

Ces concertations peuvent se faire soit physiquement dans un lieu qui leur appartient ou dans les locaux du Cheval Bleu.
Elles peuvent s’effectuer par conférences téléphoniques.