Le Cheval Bleu

 

Accueil

Santé mentale

La lettre signée  Marco Cavallo, via San Cilino 16, adressée à celui qui était alors le Président de la Province de Trieste Michele Zanetti, a été retrouvée dans les archives provinciales et publiée en italien en 2011 (voir le document original). L’idée d’écrire la lettre pour sauver de la boucherie le cheval qui tirait le chariot à linge de l’hôpital psychiatrique de Trieste est née parmi les patients du laboratoire d’écriture de Blip Blip, quotidien ronéotypé dont le nom est dérivé du bruit des premiers récepteurs d’appel des médecins. La lettre tomba entre bonnes mains. Le 30 octobre 1972, la Province effectua la vente du cheval, le sauvant de la boucherie. C’est le pharmacien Tullio Cohen qui en fit l’acquisition, lui offrant de passer ses dernières années dans une ferme d’Udine. (...)

Voir la suite

Lire la suite

Insertion

 

Le programme de pré-insertion professionnelle vise à apporter à une population précarisée, psychiquement vulnérable, éloignée du monde du travail, un accompagnement vers les circuits traditionnels d'insertion par le biais d'ateliers de pré-insertion, inscrits dans un contexte global de prise en charge de la précarité et de la souffrance psychique.  Cette action a été construite face à la réflexion sur les personnes présentant des troubles psychiques, qui de fait sont considérées comme incapables de travailler. Ce public est effectivement fragile et nécessite un accompagnement adapté et sur du long terme. Les dispositifs de retour ou d’accès à l’emploi classique ne lui sont pas adaptés.

Ce projet, à vocation territoriale, s’appuie sur une pratique existante de collaboration étroite entre le secteur psychiatrique et les professionnels du champ social, dans le cadre d’un réseau de la santé mentale précarité. Il s’appuie également sur les actions de consolidation de l’ancrage social mené par l’association. L’expérience, la pratique et l’organisation des différentes actions de l’association ont permis de rendre compte des difficultés liées à l’insertion professionnelle des personnes en souffrance psychique ayant un passé psychiatrique lourd et qui séjour en hôpital psychiatrique compte tenu du nombre réduit d’établissement capable d’accueillir ces publics.

La pré-insertion professionnelle s’inscrit dans une dynamique partenariale solide et durable qui garantit l’implication des acteurs concernés (professionnels médicaux sociaux, élus locaux). L’association revendique actuellement plus de 200 partenariats, couvrant tous les domaines, du champ social au champ sanitaire et psychiatrique, en passant par les établissements scolaires, la justice, la police, les bailleurs sociaux, et les municipalités. Des référents institutionnels sont identifiés dans chaque structure du secteur avec lequel le réseau entretient des liens partenariaux fonctionnels. La fragilité des personnes bénéficiaires sera prise en compte de manière durable globale, de par l'accompagnement proposé en termes de prise en charge médicale, éducative et sociale. 

Accompagner les personnes dans l’élaboration d’un projet personnel et professionnel Activités de remise à l’emploi favorisant l’échange et la rencontre par le biais des ateliers de pré-insertion professionnelles Stimuler la prise d’initiative et l’autonomie Stimuler les relations entre les participants et l’environnement so-cio-économique (perspective d’insertion sociale et professionnelle Renforcer le cas échéant la continuité des soins en lien avec les équipes médicales et stimuler la dynamique de socialisation Travailler sur la gestion d’éventuelles difficultés psychologiques en situation d’emploi (connaître ses atouts, ses limites, ses points de vigilance) Soutenir l’usager dans les différents actes de la vie quotidienne et dans les soins Maintenir les acquis Accompagner vers le circuit d’insertion classique (milieu ordinaire ou protégé)

En savoir plus

Pour nous contacter: L'insertion Secrétariat du Cheval Bleu au 03 21 45 37 6129-31 rue Roger Salengro à Bully les Mines Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Pour s’y rendre: La rue Salengro va de la place de Bully à la gare. Le Cheval Bleu est situé à côté de la poste de Bully.

La commission insertion est composée de Représentants de l’UNAFAM Représentants des services tutélaires Représentants des services sociaux des secteurs psychiatriques Représentants du Cheval Bleu Représentants des services sociaux des établissements médico-sociaux (IME, ESAT) Représentants des services d’insertion professionnelle  Cette commission pourra être complétée en fonction des situations par d’autres professionnels impliqués dans le projet personnalisé de l’usager. Elle a pour mission de prononcer les admissions dans le dispositif. Elle se réunit tous les trois mois pour faire le point sur les dossiers en attente, sur les mouvements prévisionnels et également sur les réorientations envisageables

L'association dispose d'un terrain dans lequel se pratique une culture maraîchaire respectueuse de l'environnement.  On y découvre le travail de la terre, les rythmes de la nature, le respect du travail de l'autre et la complémentarité du rôle de chacun.   

Il s'agit dans cet atelier de s'intégrer à une équipe d'entretien des locaux, chargée de tâches souvent centrées sur la réfection de murs, l'enduit et la peinture, dans les locaus associatifs ou au sein des appartements proposés à la location.

L'équipe de nettoyage assure la propreté des parties communes de l'asociation ou de la résidence accueil.  On y apprend le repect de la technicité des gestes prrofessionnels, et à adopter un comportement compatible avec le respect des lieux et des personnes qui y exercent leur activité.

Des objectifs sont définis tout au long de l’accompagnement dans le dispositif et réévalués. L’orientation est donc anticipée dès l’entrée dans le processus, et coordonné avec les partenaires, au sein des commissions d’insertion, ou au cours d’échanges spécifique autour d’une situation. L'orientation est pluri dimensionnelle et le projet se fonde sur la globalité de l’approche, le pilotage stable des parcours et l’accompagnement.. L’orientation se fera donc également en fonction des besoins repérés vers des dispositifs d’insertion par le logement, des formes diverses d’accompagnement social ou vers un suivi médico-psychologique.

Lire la suite

Charte de la commission logement

Cette commission est composée de deux parties. Elle permet aux différents membres et à ceux qui la sollicitent de :

Première partie

- croiser leurs regards selon leur champ d’intervention (médical, social, éducatif) pour définir les solutions les plus adaptées en matière de logement pour les personnes en situation de précarité et en difficultés psychologiques. 

Deuxième partie

- gérer la commission d’attribution des logements de l’association du Cheval Bleu, des appartements associatifs et la résidence accueil, dont ces objectifs sont :

  • d’évoquer les nouvelles demandes d’intégration,
  • d’envisager et définir les éventuels projets de sorties ou de réorientation pouvant être proposés aux personnes concernées, 
  • d’échanger autour des situations des sous locataires présents dans le dispositif 
  • d’apporter une réflexion quant aux nouvelles orientations possibles du dispositif, en identifiant les besoins sur les deux territoires et les moyens à mettre en œuvre

Le logement

 

C'est un ensemble de solutions de logement ou d'hébergement destinés à des personnes en situation de grande précarité et qui présentent des troubles psychologiques ou psychiatriques. Animée par une équipe unique, en lien avec la commission partenariale logement, l'action logement intègre et coordonne les dispositifs d'accompagnement, comme les SAVS, SAMSAH, SSIAD, services d'aides à la personne, infirmièr(e)s libérales(aux), madataires de justice, etc pour proposer à la personne un suivi constant et structuré, lui permettant d'évoluer selon ses objectifs et de suivre un véritable parcours.

Le dispositif Logement s'inscrit dans l'ensemble plus vaste de services, décrits ici. Les usagers se voient proposer des parcours qui peuvent impliquer l'insertion, l'accompagnement par le SAMSAH, et ils peuvent participer à la vie du club ou des ateliers.   Ainsi l'accompagnement par le logement réalise "un accompagnement adapté, modulable et pluridisciplinaire" tel qu'il est notamment décrit dans les objectifs du programme "Logement d'abord" mais dont la nécessité dans ces situations complexes dépasse très largement les orientations de ce programme.

Pour nous contacter: Service logementRésidence accueil 03 21 45 90 1803 21 45 90 1413 rue Jules Verne à Bully les Mines 62160 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.@Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La résidence accueil, créée en 2011, est un ensemble de 20 studios équipés autour d'espaces collectifs permettant de se retrouver, de prendre les repas ensemble ou de faire des activités. Chaque studio dispose d'une porte fenêtre donnant sur une terrasse ou un balcon. Il comporte une kitchenette et un cabinet de toilette avec'une douche. Les studios du rez de chaussée sont tous adaptés aux personnes à mobilité réduite. La vie à la résidence est supervisée par une petite équipe, composée d'une maîtresse de maison et de deux animateurs. Des repas sont proposés le midi à ceux qui le souhaitent. Le matin et le soir chacun prépare son repas dans son appartement. Les ateliers, organisés tous les jours, sont ouverts à tous, en particulier aux usagers du Club ou du Gem.  Les dossiers de demande d'admission sont traités en commission logement, qui se prononce sur l'entrée en résidence, et sur les réorientations en cours de parcours.

Le programme d'appartements associatifs est fondé sur la médiation locative et sur la colocation. Les appartements, disséminés sur le territoire, peuvent accueillir deux personnes, qui disposent chacune de leur chambre, mais qui partagent les locaux communs, salon, séjour et salle de bains. 

L'accompagnement est réalisé par l'équipe des appartements, composée d'une CESF, d'une éducatrice et d'une infirmière psychiatrique. Un médecin psychiatre supervise le parcours des usagers. Il s'agit d'un accompagnement léger, centré pour l'essentiel sur la colocation. Le projet est destiné à des personnes disposant d'une suffisante autonomie, mais pour lesquelles la peur de la solitude pourrait être un obstacle à l'appropriation directe d'un logement. Les séjours sont de moyenne durée, de 6 mois renouvelables.

L'appartement bilan est situé dans les locaux de la résidence, mais dispose d'un accès totalement indépendant. Il combine donc l'avantage d'une indépendance totale et d'un accès facile et permanent à la résidence. Il est utilisé, pour des durées d'un ou deux mois pour évaluer avec la personne ses capacités à mener une vie autonome dans un logement indépendant. Il est de cette manière possible d'adapter l'accompagnement au plus près des besoins, et de proposer le mode de logement le plus pertinent à ce moment du parcours de la personne. Les orientations sont faites par l'équipe logement, éventuellement sur indication posée en commission logement.

L'accompagnement est assuré par l'équipe logement, selon les mêmes modalités que dans le reste du parc locatif. A cet accompagnement peuvent s'ajouter des interventions d'un SAMSAH ou d'un SAVS, d'un SSIAD ou des soins infirmiers. La proximité avec l'équipe logement, ainsi qu'avec l'équipe de la résidence permet d'assurer une vigilance plus étroite en cas de nécessité, et offre la possibilité à la personne de rejoindre rapidement les équipes en poste.

L’hébergement d’urgence, chargé de l’accueil des sans abri, a fait l’objet de nombreuses réformes ces dernières années : adoption du plan d’action renforcée pour les sans abri (PARSA) qui a créé des places d’hébergement de stabilisation, institution du droit au logement opposable (DALO) et du droit à l’hébergement, mise en place d’un service public de l’hébergement et de l’accès au logement, enfin définition d’une stratégie nationale reposant sur le principe "logement d’abord" qui privilégie l’accès au logement à l’accès à l’hébergement.

Il répond à une nécessité de mise à l’abri immédiate. Il assure un accueil, une mise à l’abri, une évaluation sociale et une orientation vers un dispositif adapté.  L'accès à l'hébergement d'urgence est centralisé par le SIAO. L'hébergement d'urgence du Cheval Bleu accueille de préférence les personnes présentant une fragilité psychologique ou des troubles psychiatriques. L'accueil est très rapide. Les séjours sont courts, de 3 mois éventuellement renouvelables. Le séjour en hébergement d'urgence est un moment clé dans la construction d'un réel parcours prenant en compte l'ensemble des nécessités auxquelles la personne est confrontée.

Cette commission est composée de deux parties. Elle permet aux différents membres et à ceux qui la sollicitent Première partie de croiser leurs regards selon leur champ d’intervention (médical, social, éducatif) pour définir les solutions les plus adaptées en matière de logement pour les personnes en situation de précarité et en difficultés psychologiques.

Charte de la commission

Deuxième partie - de gérer la commission d’attribution des logements de l’association du Cheval Bleu, des appartements associatifs et la résidence accueil, dont ces objectifs sont : d’évoquer les nouvelles demandes d’intégration, d’envisager et définir les éventuels projets de sorties ou de réorientation pouvant être proposés aux personnes concernées,  d’échanger autour des situations des sous locataires présents dans le dispositif  d’apporter une réflexion quant aux nouvelles orientations possibles du dispositif, en identifiant les besoins sur les deux territoires et les moyens à mettre en œuvre

Lire la suite

SAMSAH

 

Le handicap psychique est une notion récentte. Ignoré dans la loi du 30 juin 1975, le handicap psychique a fait l’objet en 1993 d’une reconnaissance à effets limités à l’occasion de la publication du « Guide barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées ». Mais c’est avec la loi du 11 février 2005 que le handicap psychique acquiert sa pleine reconnaissance, non sans précaution. 

Le concept de handicap psychique a connu ses premières définitions à la suite de la classification de Woods.  Les limitations des gestes et activités de la vie ordinaire engagent la personne dans son ensemble, animée par une intention ou un but. On les appelle "incapacités" (ne pas être capable de telle ou telle action). Les limitations au libre exercice des rôles sociaux défavorisent la personne par rapport à la situation qui serait la sienne si elle était bien portante. Ces limitations résultent de l’interaction de la personne avec son environnement proche ou lointain.. Il s’agit du désavantage social, dans quelques dimensions majeures, choisies pour s’appliquer dans tous les pays : le besoin d’aide personnelle, la mobilité, l’occupation, le réseau social, les ressources financières...

En savoir plus

Le SAMSAH propose les prestations suivantes: Accueil et orientation des personnes Évaluations des besoins et capacités à l’autonomie des personnes accueillies Aide à la réorientation des personnes ne répondant pas aux spécificités du service Soutien des relations avec l’environnement social et familial Appui et accompagnement contribuant à la pré-insertion professionnelle ou au maintien dans l’activité Suivi socio-éducatif Suivi psychologique Coordination des soins et des interventions sociales Continuité des soins Accompagnement médical et paramédical en milieu ouvert Formation des aidants Éducation à la santé Organisation de relais avec d’autres services  Évaluation, orientation et accompagnement vers des actions socialisantes dispensées par d’autres services de l’association ou de ses partenaires  Ces prestations sont privilégiées dans le lieu de vie habituel de la personne et peuvent se décliner sous différentes formes : visites à domicile, entretiens, consultations, concertations, contacts téléphoniques, accompagnement en milieu ouvert.

Les orientations sont faite par la MDPH. Une demande doit y être déposée. A cet effet, un formulaire Cerfa est à compléter, téléchargeable sur le site service-public.fr à la page Formulaire de demande(s) de prestations liées au handicap. Ce formulaire peut également être retiré en Maison de l’Autonomie de votre territoire.

Pour nous contacter: SAMSAH Secrétariat du Cheval Bleu au 03 21 45 37 6129-31 rue Roger Salengro à Bully les Mines Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Pour s’y rendre: La rue Salengro va de la place de Bully à la gare. Le Cheval Bleu est situé à côté de la poste de Bully.  

Le SAMSAH prend  en charge des personnes adultes handicapées psychiques dont les déficiences et incapacités nécessitent un accom-  pagnement personnalisé : une assistance ou un accompagnement pour tout ou partie des actes essentiels de la vie quotidienne. Un accompagnement social en milieu ouvert et un apprentissage à l’autonomie. Une veille médicale et des soins réguliers et coordonnés. Des supports à la socialisation  La MDPH évalue les besoins de la personne handicapée et prononce, s'il y a lieu une orientation en SAMSAH.  

Accompagner, c'est, dans sa: définition Être avec quelqu'un, lui tenir compagnie  Servir de guide, d’accompagnateur. Aller avec quelqu'un dans un lieu  Ce « être avec » suppose dans ce contexte d’être en lien, en relation. Effectivement, depuis le début des années 1990, le terme d’accompagnement est venu peu à peu qualifier un ensemble de pratiques dont le dénominateur commun est fondé sur l’idée d’une relation particulière entre deux ou plusieurs individus.  Accompagner une personne handicapée, c’est également savoir s’adapter. En effet, chaque situation est unique, et définie par un ensemble de considérations qui vont des problématiques liées à la maladie, à la réalité intime de la personne, au contexte dans lequel elle vit, à ses capacités et à ses limitations, etc. Accompagner implique nécessairement le respect de l'autre et de ses besoins propres, de son espace, de sa réalité, de ses croyances et de son environnement.

En savoir plus

Entrer au domicile, y travailler, en sortir, ne sont pas choses aisées et ne se font pas sans limites. Il s’agit d’intervenir dans un espace privé, intime, qui de plus, pour des personnes qui présentent des troubles psychotiques, peut être jusqu’à une version externe d’eux-mêmes, rassurante car souvent immuable et défendue contre tout changement. Dans cet espace aux significations multiples se déroulent les interventions et allers-venues des différents professionnels et acteurs qui accompagnent la personne handicapée. Ceci exige une attention toute particulière au respect des besoins de la personne, de ses limites, et au respect également des limites, explicites ou implicite qu’elle pose.

Coordonner, c'est « Ordonner des éléments séparés, combiner des actions, des activités distinctes en vue de constituer un ensemble cohérent ou d'atteindre un résultat déterminé ». Effectivement si l’accompagnement est nécessairement multiple et partenarial, il doit garder une finalité unique, aborder les difficultés d’une manière homogène, proposer à la personne un espace de liens entre les professionnels, pour ne pas courir le risque d’imposer à la personne un espace clivé, traversé par des tensions mortifères et privées de sens à partir du regard de l’usager.

Les recommandations de l'HAS définissent les nécessaire transmissions de l’information : la concertation avec la personne et, le cas échéant, les aidants et l’entourage; la coordination intégrant la personne et les acteurs des différents secteurs; l’articulation fluide entre les différents modes d’intervention (au domicile, en établissement); l’évolution des pratiques professionnelles tout en respectant les compétences propres à chaque équipe, dans une logique de complémentarité́ et dans le respect du principe visant à privilégier les dispositifs de droit commun et les actions dans le milieu de vie ordinaire. Cela implique la connaissance des missions de chacun et donc de leurs fonctions et compétences avant de délivrer l’information. les transitions sont anticipées pour éviter les ruptures d’accompagnement : périodes charnières (passage de l’adolescence à l’âge adulte, vieillissement), grandes étapes de la vie (déménagements, changements d’environnement et de modes d’accompagnement, périodes particulières de l’année, perte d’un parent, d’un proche, d’un aidant, d’une personne-ressource, etc.).

Docs

Derniers articles

Il n'y a pas de consensus sur la manière d'évaluer le handicap psychique. De noubreux travaux ont été consacrés à ce sujet proposant soit une évaluation quantifiée d'une ou plusieurs dimensions du handicap, soit une approche globale, capable d'intégrer les domaines du soin, du logement, du fonctionnement social, ainsi que d'éventuelles difficultés liées aux treoubles, qui peuvent se présenter comme des altérations plus ou moins sévères de processus cognitifs. L'une des difficultés réside dans le fait d'évaluer toutes ces dimensions dans leurs interactions, et dans les processus d'échange entre la personne et son environnement. Un travail de la CNSA proposait en 2009 7 axes: LE PROJET DE VIEL’ENTOURAGELES CONDITIONS DE LOGEMENT ET D’HABITATLES ACTIVITES PARTICIPANT A L’EXERCICE DE SA CITOYENNETE : activités sociales et de loisirs, scolarité et activité professionnelleLA PROBLEMATIQUE DE SANTELES ACTIVITES ET CAPACITES FONCTIONNELLESLES RESSOURCES PERSONNELLES (les potentialités, habiletés et savoirs faire)

Les préconisations renvoyaient de manière générale à la co-reconnaissance des expertises croisées personne-proches-professionnels. C'est le recueil d'information et les échanges entre ces différents acteurs qui étayent ou assoient l'approche globale des situations.

Lire la suite

EMPP

L'équipe mobile est une petite équipe médicale installée au sein d'un centre de santé mentale ouvert sur le territoire, et incluant un SAMSAH, un dispositif logement, des ateliers d'insertion et des dispositifs d'accueil. Elle intervient à a demande des professionnels, mais aussi des familles, pour contribuer à amener vers les soins des personnes en difficulté sociale et psychologique, qui ne sont pas en mesure de demander l'aide des structures de soin.

En savoir plus

L'équipe mobile, c'est trois infirmiers psychiatriques epérimentés dont deux bénéficiant d'une formation systémique, un médecin psychiatre et une secrétaire.

L’équipe mobile a pour mission d’amener au soin toutes les personnes ayant besoin d’une prise en charge psychiatrique, mais qui du fait de leur situation ou de leurs troubles ne sont pas en mesure d’accepter d’avoir recours à un établissement de soins ou de mener à bien les démarches pour  solliciter des soins. Pour cela elle va à la rencontre des personnes, et les accompagne vers un premier contact avec le soin. Elle accompagne également les partenaires de terrain, les aide dans leur compréhension des troubles de santé mentale, et leur procure les informations qui leurs sont nécessaires

Pour nous contacter: Equipe mobile psychiatrie précarité Secrétariat du Cheval Bleu au 03 21 45 37 6129-31 rue Roger Salengro à Bully les Mines Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'équipe mobile peut être sollicitée par les professionnels du territoire, qu'ils soient travailleurs sociaux, bailleurs, services municipaux, organismes d'insertion, centre d'hébergement et de réinsertion sociale, foyers e jeunes travailleurs, mais aussi établissement scolaires, et d'une manière générale chaque professionnel du territoire qui est confronté à la situation d'une personne en difficultés psychologiques ou psychiatriques, et qui n'accepte pas les soins. Elle peut également être sollicités par les familles qui sont confrontées dans leur entourage à la situation d'une personne qui refuse les soins et ne treouvent pas, dans les dispositifs de soin habituels de solution acceptable par leur patient.

L"équipe mobile a été le premier projet déposé en commun par l'ensemble des secteurs psychiatriques du territoire et le Cheval Bleu.  Pensé dès le départ comme un dispositif intersectoriel ancré dans la communauté, il a été localisé au Cheval Bleu, à Bully les Mines quoique les personnels soient des soignants détachés du Centre Hospitalier d'Hénin Beaumont.  Cette position unique permet de constituer une réelle interface entre les secteurs psychiatriques et l'ensemble des professionnels, sociaux, médicaux, médico-sociaux, municipaux du territoire.

L'équipe mobile peut aider à comprendre une situation aux implications multiiples, solliciter les partenariats nécessaires, aller à la rencontre de la personne, en lien avec le partenaire demandeur, évaluer la situation sur les plans psycho-sociaux et/ou psychiatriques, et le cas échéant accompagner la personne jusqu'à la mise en place d'un soin effectif.  Ce qu'elle ne fait pas L'équipe mobile ne fait pas de soin, ne fait pas d'accompagnement au long cours. Son rôle s'arrête dès que la personne s'inscrit dans une démarche de soin si cela est opportun.

Nombre de personnes, en situation de grande précarité ou très isolées ont perdu l'élan vital et se retrouvent dans une situation de  renoncement à tout intérêt pour eux même et pour leurs propres besoins. Il ne leur est plus possible de solliciter une consultation médicale, ou une hospitalisation.  Pour elles le renoncement aux soins "n’apparaît pas comme problématique du fait que se soigner revêt pour les personnes une importance toute relative vu les difficultés auxquelles elles ont par ailleurs fait face "

Pour permettre l'accès aux soins, l'équipe mobile va à la rencontre des personnes, en étant présentée par le professionnel demandeur. L'équipe mobile prend le temps d'entrer en contact, puis procède à une évaluation globale de la situation, à une évaluation clinique de la personne. Si cela est nécessaire, elle organise le premier contact avec une équipe de soin psychiatrique, en consultation la plupart du temps, mais également en hospitalisation lorsque cela est nécessaire.

Il arrive souvent que des familles soient désemparées lorsque l'un des leurs présente des troubles psychologiques et refuse tout contact avec le soin. Dans ces cas, les familles ont de grandes difficultés à trouver un interlocuteur. Les services psychiatriques ne pourront intervenir que dès lors que la personne demande des soins et se présente aux consultations. Le médecin traitant partage souvent le même sentiment d'impuissance de la famille, pour le mêmes raisons. L'accès à l'information en santé mentale reste difficile pour quiconque n'est pas familiarisé avec l'organisation des différents dispositifs.

L'équipe mobile peut être contactée directement par les familles. Elle peut répondre à des questions concernant l'organisation des soins, les mettre en contact avec les professionnels les plus pertinents pour la situation. Elle peut également rencontrer la personne qui inquiéte son entourage pour peu qu'elle l'accepte, prendre contact avec elle, procéder à une évaluation clinique et faire, en relation avec l'entourage des propositions susceptibles de permettre une évolution de la situation.

Les professionnels de terrain, qu'ils soient travailleurs sociaux, bailleurs, professionnels de l'éducation nationale, de l'insertion, municipaux, etc. sont souvent controntés à des personnes en grande difficulté sociale, mais dont la situation est aggravée par des troubles psychologiques ou psychiatriques. De plus il arrive fréquemment lorsque les personnes sont en situation de grande précarité, que leur demande soit adressée à un service qui n'est pas pertinent pour y répondre. Il est fréquent qu'une souffrance psychologique soit déposée chez le travailleur social, ou chez la personne chargée du CCAS, qu'une demande de logement ou financière soit adressée au soignant, poussant chacun hors de son champ professionnel et de ses limites.

L'équipe mobile peut accompagner les professionels, les informer, les orienter et leur permettre de se recentrer sur leur rôle premier. L'équipe mobile organise également régulièrement des demi journées d'information thématique. Ces séances, consacrées à des thèmes du quotidien sont l'occasion de préciser une information, mais aussi de consolider des contacts partenariaux indispensables lorsqu'une situation interpelle un grand nombre de champs professionnels.

Lire la suite